« Être adulte, c’est avoir pardonné à ses parents. » (Goethe) #citationdulundi sur ma page FB

(…) j’ai repensé ce matin à cette phrase d’un psychologue lue il y a plus de quinze ans : « On devient adulte quand on a fini de pardonner à ses parents».

A l’époque, j’avais surtout interprété cette phrase comme la nécessité de réussir à s’accepter. Accepter ses faiblesses, ses fragilités, ses défauts, ses forces, ses qualités… et en quelque sorte arrêter de se comparer aux autres, accepter qui nous sommes.

J’étais complètement passé à côté de la nécessité d’accepter que nos parents n’aient pas été ou ne soient pas parfaits. Cesser d’attendre, de courrir après ce qu’ils ne sont pas en mesure de nous donner. Parce qu’ils ne le veulent pas ou ne le peuvent pas.

Après le décès de mon frère, cela a été très tendu avec mon père. J’ai dû faire un travail spécifique sur moi. Ce fut exigeant, difficile et parfois douloureux. Mais aujourd’hui nous sommes arrivés à une relation apaisée. J’en suis fier et je ne le regrette pas. Nous en sommes tous heureux.

« La « réparation » passe par la créativité

Sa vie à soi n’est pas celle de ses parents. Chacun se la crée! La « réparation » ne se comprend qu’au sens de créativité : créer du bien, du beau, du bon. C’est le processus de deuil achevé : on accepte mais on oublie pas. Simplement on s’autorise à vivre dans un monde que l’on crée meilleur. C’est un chemin de grand apaisement…
Les « pardonneurs » ont ainsi fait le deuil de leurs souffrances d’enfant, ce qui leur a permis d’inventer leur vie à eux, de se construire. En bref, d’être vivants ! A contrario, ceux qui se posent toujours en victimes, qui n’arrivent pas à sortir de ce statut dans lequel ils ont parfois été plongés tout jeunes, attendent sans cesse un dédommagement. Ils seront éternellement des victimes, en voudront à la terre entière … tant qu’ils n’auront pas fait ce pas de réconciliation avec leur passé, donc avec eux-mêmes !

L’instinct de survie, ce n’est pas d’attendre passivement, mais d’aller là où l’on peut faire quelque chose de bien pour changer le monde. En le rendant meilleur, plus beau, on y participe, on est vivant !!! » (Maryse Vaillant)

Lien vers le texte de Maryse Vaillant :
http://www.terredisrael.com/infos/pardonner-a-ses-parents-par-maryse-vaillant/

Et lien vers un article plus simple, également bien fait
http://www.psychologies.com/Famille/Relations-familiales/Parents/Articles-et-Dossiers/Faut-il-regler-ses-comptes-en-famille/Grandir-c-est-cesser-d-en-vouloir-a-ses-parents

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoire sont signalés par : *

Un peu de calcul pour confirmer votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.