Ne pas oublier le terrain idéologique même si cela rapporte moins de voix

« Avis de recherche : dangereux terroriste ! Profil : danseur de salsa, aimant les femmes, crevant trop la dalle pour finir le ramadan et connu des services de police pour violences. »

Si la situation vécue hier soir à Nice n’était pas aussi tragique, cette annonce pourrait passer pour une blague.

Et pourtant elle semble correspondre au profil qui nous est donné du barbare ayant conduit un camion sur La promenade des anglais un soir de 14 juillet.

Avouez que ce profil a de quoi interpeler et que ses motivations religieuses ne sautent pas aux yeux.

Pourtant, notre besoin de comprendre, de nous rassurer en ayant l’impression de savoir à qui nous avons affaire semble favoriser les schémas préfabriqués d’analyse, les discours (trop) rapides, la surenchère. Ainsi entend-on déjà parler de lutte sans répit contre Daech, en Irak, en Syrie, d’Etat d’urgence… Rien de neuf en fait !

Certes Daech encourage tous ceux qui n’ont pas les moyens d’aller en Syrie à devenir des « soldats » sur leur propre territoire et à multiplier les actes terroristes individuels. Mais Honnêtement, pouvait-on imaginer que ce profil se rapprocherait de celui d’un terroriste ?

Alors si la lutte armée et la guerre du renseignement contre Daech et plus largement le terrorisme sont indispensables, elles ne seront pas suffisantes pour garantir la paix. Comment réenchanter notre société ? Comment peser davantage que les discours haineux et de propagande ? Comment éviter que les paumés cèdent aux sirènes de ces discours ?

Pour commencer, et même si ce n’est pas spectaculaire aux yeux de l’opinion, je tiens ici en ce moment douloureux à rappeler qu’il est capital de lutter au moins autant contre les discours haineux et de propagande : traiter le problème à la source en étant ferme avec ceux qui tiennent des prêches violents, encourager les plateformes de contre-discours sur Internet…

Oui ça rapportera peut-être moins de vote aux prochaines élections, mais ça sera sans doute plus efficace pour éviter l’embrigadement et la transformation des individus en « soldat » tel que souhaité par Daech !

A tout niveau, on peut agir, arrêter d’attendre la solution d’«en haut» qu’il s’agisse de l’Etat ou des dieux…

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoire sont signalés par : *