Une mauvaise réponse à un vrai problème : quand une mairie décide de ne plus recruter de femme en raison d’un cas de harcèlement !

Cet été notre fille a pris des cours de natation avec un sauveteur maître nageur. Une jeune femme compétente, motivée et exerçant son métier avec passion.

Mais voilà, impossible pour elle de postuler en tant que sauveteur dans la station balnéaire dont elle est originaire : la mairie a décidé désormais de ne recruter que des hommes à ce poste. La raison : un cas de harcèlement l’été précédent au sein de l’équipe de sauveteurs (une femme harcelée par un de ses collègues). Pas de femme dans l’équipe, pas de problème de harcèlement à gérer… C’est le raisonnement simpliste de la mairie.

Oui, un raisonnement simpliste car cette position nie la véritable origine du problème : l’attitude du collègue masculin. Une attitude qu’il faut condamner.

Oui, une décision simpliste car cette décision n’en est pas vraiment une. La mairie ferme les yeux et ne s’attaque pas à la source du problème. Elle ne cherche pas à faire évoluer la situation. Pire, elle tire d’une expérience particulière une règle générale.

Oui, simpliste car court-termiste. La mairie se prive au final de talents possibles et pense qu’elle pourra toujours recruter ainsi. Gare au retour de bâton.

Voilà typiquement l’exemple d’un semblant de décision aux conséquences désastreuses. Une position qui traduit un manque de courage. Rien de tel pour démotiver, créer de la frustration, favoriser la déconnexion avec ceux qui ont le pouvoir de décider…

La preuve : « notre » chère maître nageur sauveteur travaille depuis fin août au Canada… Tout sauf un hasard !

 

 

Photo by Artem Verbo on Unsplash

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoire sont signalés par : *