Du nouveau dans la relation fournisseur entre grandes entreprises et PME ? Pas vraiment.

J’offre une bouteille de champagne à celle ou celui qui parvient à décoder les deux mail ci-dessous pour lesquels j’étais en copie 😉

Contexte : depuis deux mois, j’attends le numéro de bon de commande à mentionner sur la facture que je dois émettre pour une grande entreprise Telecom qui a acquis les droits des séries @JCPMY.

Mail 1 du 20 novembre censé me rassurer :

« Vous trouverez ci-après le mail reçu de PSSC -Masterdata qui confirme que le compte fournisseur N° 5178443 JCPMY est maintenant dupliqué et existe sur SAP-BP pour la division HFP2- Cie FP ..
Il sera donc possible d’émettre shopp-cart sur SRM et bon de cde vers ce fournisseur …
Cordialement. »

Mail 2 du 1er décembre à la suite d’une relance agacée de ma part :

« Je viens de vérifier sur SRM; la shop-cart doit être en attente de validation, je pense qu’il faut la modifier car le commodity code indiqué est incorrect ( correspond aux fournitures bureau ou mobiles )..
Il faudrait utiliser le commodity code 70019020 qui est prévu pour ce fournisseur , également je vois une période sur la shopp-cart , (donc cela voudrait dire que c’est une cde cadre qui est demandée)…
Selon le devis signé il s’agit d’une seule prestation ,donc il aurait fallu choisir sur SRM – shopp-cart pour cde standard et ne pas faire une demande pour blanket order (cde cadre).
Merci de corriger ou alors émettre une shopp-cart pour besoin cde standard ..
Cordialement.”

Question bonus : diriez-vous que les grandes entreprises sont aujourd’hui « PME friendly » avec leurs fournisseurs ? J’ai déjà écrit sur ce sujet il y a exactement deux ans.

Précision supplémentaire : en théorie, je dois envoyer la facture en 3 exemplaires papier en République Tchèque au service comptable qui, étant débordé, a reçu l’aide de ses collègues en Inde. Là, j’ai dit que ça faisait trop et une « bonne âme » en France a accepté de recevoir la facture. Reste à espérer que ça va le faire.

On marche sur la tête, non ?

Je serais curieux de savoir ce qu’en pense Patrick Drahi (groupe Altice) qui expliquait récemment classer ses fournisseurs en trois catégories :

  • Ceux qu’il faut régler sans discuter… dont les banquiers d’affaires et les avocats.
  • Ceux qui seront réglés si ils s’accrochent quitte à recourir à un huissier.
  • Ceux qui ne seront jamais réglés.
  • Aucun doute, en tant qu’entrepreneur, je n’ai pas les mêmes méthodes, je ne parle pas le même langage.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoire sont signalés par : *